Parcours

Diplômée de Penninghen, je deviens graphiste dans l’édition puis la communication avant de bifurquer vers l’illustration jeunesse dès 1999. Je publie alors de nombreux albums (Nathan, Bayard, Hachette, Gallimard, Milan, Thierry Magnier, etc.) et aujourd’hui je poursuis cette activité en collaborant notamment avec l’éditeur de jeux Djeco. 

Parallèlement à l’illustration un désir de recherche artistique personnelle émerge doucement, et c’est en 2010 que je m’engage dans cette voie. Rapidement une première exposition donnera une impulsion à cette volonté et consolidera mon envie d’aller plus loin.

Je découvre alors la céramique puis la sérigraphie. Deux axes de créations solitaires faits d’exigence et de patience. J’entame un travail de chercheuse, addictif et ressourçant, portée par une approche empirique et expérimentale. Cette démarche me nourrit et m’emmène au plus près de l’intime à travers une perpétuelle remise en question. 

Inspiration

Je m'inspire essentiellement du registre botanique. Cet univers végétal fourmille de cellules en développement prenant la forme de bulbes, germes, racines ou ramifications. Leurs structures organiques deviennent les personnages principaux de compositions abstraites et me permettent d'évoquer un monde parallèle qui échappe à l’œil nu : celui de l’infiniment petit comme de l’infiniment grand.

La transparence 

La sérigraphie et ses multiples possibilités m’invitent à jouer les mariages de motifs, les superpositions et les transparences à l'infini. 

La texture du papier et son grammage jouent un rôle précis tandis que l’accord des couleurs prend toute sa force pour produire des résultats toujours surprenants. Si la technique de la sérigraphie met particulièrement en valeur la ligne d’un dessin, l’intensité des encres et la délicatesse du support, je joue sur la singularité du monotype en imprimant à travers des fibres pour créer une vibration subtile en tirage toujours unique.   

La matière

J’affectionne particulièrement la technique du craquelé en faïence noire. La terre séchée artificiellement laisse apparaitre des fissures plus ou moins profondes. La chaleur grave son empreinte sur la terre crue comme sur un visage, donnant alors un caractère et une expression unique à chaque pièce. 

La porcelaine, plus exigeante, délicate et élégante, me permet d'évoquer des mondes microscopiques aux architectures organiques plus complexes. 

Formation

1989 - 1994

Penninghen - Paris

1992

Portfolio Center - Atlanta - USA

1989

Baccalauréat B 

Expositions solos

2018

"Autres Spécimens" - Galerie L'Antre Temps - Rennes

2017

"Spécimens" - Galerie Mille Feuilles Sullivan - Ville d'Avray

2013

"Blossomville" - Galerie Jeanne Robillard - Paris

Expositions collectives

2019

Galerie Paul Ripoche - Lyon

2018

"Paradis terrestres" - Galerie Isabelle Laverny - Paris 

2017

Carré des créateurs - Colombes

2017

Journée de l'estampe contemporaine Saint Sulpice - Paris

2016

Journée de l'estampe contemporaine Saint Sulpice - Paris

 © 2019 BY MURIEL KERBA

  • Grey Instagram Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Gris Pinterest Icône